LA CLASSIFICATION (TAXINOMIE VEGETALE)


Les arbres, qui appartiennent aux spermatophytes, sont regroupés en deux sous-embranchements : les gymnospermes (du grec γυμνος nu / σπερμα semence) et les angiospermes (du grec αγγειον récipient, capsule / σπερμα semence).
     


Parmi les angiospermes (=plantes à graines encloses dans un ovaire), on distingue deux classes : les monocotylédones et les dicotylédones, possédant deux cotylédons -premières feuilles de la plante- présents dans la graine et qui contiennent les réserves nécessaires à la plantule pour se développer avant d'avoir des racines fonctionnelles et des feuilles vertes (croquis 1). C'est parmi les dicotylédones que sont regroupés tous les feuillus.

Quant aux conifères, qui ont souvent cinq cotylédons ou davantage disposés en étoile (croquis 2), ils font partie des gymnospermes (=plantes à graines nues) et appartiennent tous à la classe des coniféropsides, à l'exception du Taxus, qui appartient aux taxopsides.
Les arbres, feuillus et conifères, sont répartis en familles : Fagacaeae, Betulaceae, Pinaceae, Cupressaceae, Taxaceae etc... A l'intérieur de ces familles, on distingue les genres : Fagus, Quercus, Pinus, Cedrus etc... Enfin, à l'intérieur des genres, on distingue les espèces : robur, parviflora, decidua, sylvestris, thunbergii etc...
La dénomination d'un arbre est binomale, on le désigne par son genre et son espèce : Pinus sylvestris, Quercus robur, Carpinus betulus par exemple.
L'espèce renseigne sur le lieu d'origine de l'espèce (chinensis, japonicum, libani etc...), sur le milieu où vit l'arbre (campestre, sylvestris, sylvatica, atlantica etc...), sur le feuillage (pentaphylla, parviflora, sempervirens, rigida etc...) ou sur la personne à l'origine de la découverte ou la description de l'arbre (buergerianum, thunbergii etc...).
A noter que le genre prend une majuscule, mais pas l'espèce.
Deux exemples de taxinomie végétale :